Matka Boża Bolesna
Licheń
SANCTUAIRE DE NOTRE-DAME DES DOULEURS DANS LE LICHEN

Apparition

L’histoire du tableau miraculeux de Licheń est liée aux voyants : Thomas Kłossowski et Nicolas Sikatka.

Thomas Kłossowski
Kłossowski vécut de 1780 à 1848. Selon la tradition orale, il était noble, et les envahisseurs de l’activité indépendantiste confisquèrent ses biens. Thomas s’établit à Izabeline, village distant de 6 km de Licheń, sur la route de Konin. En octobre 1813, en tant que soldat de Napoléon, il prit part à la bataille de Leipzig et fut grièvement blessé. Alors qu’il priait pour avoir la vie sauve, Marie lui apparut, portant une couronne sur la tête, et un aigle* sur son sein. Marie promit à Thomas qu’il recouvrerait la santé et rentrerait dans sa patrie. Elle lui demanda de trouver le tableau sur lequel elle est représentée comme lors de l’apparition, et de le placer dans un lieu public. Thomas rentra à Izabeline et travailla en tant que forgeron. Afin de satisfaire à la demande de la Vierge Marie, il fit un pèlerinage, dans l’espoir de trouver le portrait. La tradition dit, qu’après des années de recherche, il le trouva à Lgota, près de Częstochowa, en 1836.

Le tableau trouvé par Thomas représente Marie, pleine de tristesse, le visage incliné, regardant l’aigle blanc qu’elle sert sur son cœur. Sur son vêtement, on peut voir les éléments de la passion du Christ. Le tableau est une peinture à l’huile sur planche de mélèze mesurant 9,5cm sur 15,5cm. Il a été exécuté dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle, dans la région de la « Grande Pologne », comme copie d’un tableau de Notre Dame de Rokitno. C’est probablement l’œuvre des cisterciens de Bledzewo.

Thomas conserva le tableau dans sa maison. Peu avant sa mort, il l’accrocha sur un pin dans la forêt de Grąblin**. L’acte de décès du forgeron a été gardé dans les registres paroissiaux. Nous pouvons y puiser des informations sur la vie de Thomas, sur les prénoms de ses parents (Joseph et Rosalie), et l’on y apprend aussi qu’il avait une épouse : Apolline, de Różkowscy.
La chapelle d’Izabeline rappelle le lieu où se trouvait la maison du voyant. Le corps du forgeron repose dans le sanctuaire de Licheń. Durant la IIème guerre mondiale, les occupants hitlériens détruisirent de nombreuses tombes. Cependant, les habitants d’Izabeline se souvinrent dans quelle partie se trouvait le tombeau de Kłossowski. Un monument symbolique y a été élevé pour en indiquer l’endroit.

Nicolas Sikatka

Au début du mois de mai 1850, la Vierge Marie apparut au berger Nicolas Sikatka qui paissait son troupeau dans la forêt de Grąblin, et priait devant le portrait suspendu sur un pin. Dans les mois qui suivirent, d’autres apparitions se succédèrent. Marie demandait que les gens fassent pénitence et se convertissent. Elle les incitait à prier le rosaire, et demanda que le tableau soit déplacé dans un endroit plus digne. Marie annonçait aussi l’approche d’une épidémie. Elle promit cependant d’intercéder auprès de Dieu, pour tous ceux qui lui demanderaient son aide. Le gens ne crurent pas le berger. C’est seulement après l’explosion du choléra, en 1852, qu’ils se rappelèrent ses paroles. Nicolas rapporta ces évènements au P. Florian Kosiński, curé de Licheń de 1837 à 1873, qui nota entre autres : « Dans cette forêt, à proximité du tableau, le berger d’un troupeau (…) vit plusieurs fois une personne inconnue, comme étant d’un autre monde, et qui, par l’intermédiaire de ce berger, s’efforçait d’encourager les gens d’ici, à faire une vraie pénitence, et à se convertir
». Les autorités russes mirent Nicolas en prison. Il fut interrogé, et l’on examina sa santé psychique, mais sans constat de maladie.

Par les guérisons du peuple qui priait, des pèlerins de plus en plus nombreux affluèrent dans la forêt. Le tableau fut alors transporté dans une chapelle construite par les fidèles. Ceux qui étaient effrayés par l’épidémie s’y rassemblèrent. Cependant, l’évêque de Kujawy-Kalisz, prit la décision du déplacement de l’icône, de la forêt de Grąblin vers Licheń. La célébration eut lieu le 29 septembre 1852.

Nicolas Sikatka (1777-1857) était un habitant de Grąblin, village distant de 3 km de Licheń. Il se maria avec Tekla Jóźwiakówna. Il eut un fils Casimir, de son premier mariage. Dans les archives, sont conservés les actes de mariage et de décès de Nicolas, ainsi que le certificat de naissance de son fils. Comme le rappelaient les habitants de Grąblin, Sikatka travaillait pour un seigneur, et ne se distingait en rien de particulier.

Le berger fut enterré sur le terrain du sanctuaire. Son tombeau, tout comme celui de Kłossowski, fut détruit par l’armée hitlérienne. Cependant, les habitants se souvinrent qu’un tilleul avait poussé à cet endroit. Cela permit de retrouver la tombe et d’y ériger un monument funéraire.

realizacja LM Internet  LM Internet