SANCTUAIRE
LA MÈRE DE NOTRE LICHEN
LA DOULOUREUSE REINE DE POLOGNE

DÉFILER VERS LE BAS

KS. JÓZEF JARZĘBOWSKI

Fr. Józef Jarzębowski

Fr. Józef Jarzębowski est facile à trouver dans chacune des photographies conservées. La hauteur extraordinaire (deux mètres) signifiait que sa silhouette s'élevait au-dessus de la tête des autres. C'est à sa passion pour les collectionneurs, son amour pour la patrie et son dévouement à son travail de tuteur que l'on doit une collection de souvenirs nationaux, qui composent la collection du musée qui porte son nom à Licheń. Résumant sa vie lui-même, il a écrit qu'il devait collectionner des enfants polonais et des souvenirs nationaux du monde entier.

Expulsé de l'école pour avoir défendu la polonaisité

Le père Jarzębowski est né le 27 novembre 1897 à Varsovie. Son enfance n'a pas été facile : d'abord ses frères et sœurs sont morts, et quand il n'avait que six ans, son père est mort. Puis il a déménagé avec sa mère à Nowe Miasto nad Pilica. Enfant, il était si gravement malade que "par un vœu, sa mère lui offrit de servir Dieu...".

En 1911, il a été expulsé de l'école pour avoir défendu l'identité polonaise. Ainsi, les portes de toutes les écoles de l'Empire russe lui étaient fermées. Avec l'aide est venu oo. Capucins, qui l'ont aidé à se rendre sur le territoire de la partition autrichienne, à l'école des prêtres salésiens à Oświęcim. Il avait une réelle dévotion pour Marie, qu'il considérait comme sa mère, à l'instar de Stanisław Kostka. En 1916, il rejoint la Sodalité mariale.

Il a écrit la chanson « Blue Let's Roll Out the Banners », qui est devenue l'hymne de l'association à travers le monde. C'était aussi l'hymne du Bielany College et du College of Divine Mercy en Angleterre. Dans Sodality, il a rencontré les Marians, incl. Supérieur général, béatifié en 1987, le P. Jerzy Matulewicz (1871-1927) et le P. Leon Kulwieć - le modérateur de la Sodalité. C'est Matulewicz qui, en 1909, fit renaître la Congrégation des Pères Mariaux, condamnée par les Russes à l'extermination.

Les débuts de la vie religieuse

Jarzębowski a décidé d'entrer dans un ordre indigène polonais consacré à l'honneur de la Mère de Dieu. Sur les conseils du Bl. Le père Honorat Koźmiński choisit en 1917 les pères mariaux, qui, après avoir expulsé les Russes de Varsovie en 1915, reprirent l'herme post-camaldule à Bielany près de Varsovie.

En 1919, au nom des organisations catholiques de Varsovie, il accueille le général Józef Haller (1873-1960) venu de France. L'armée commandée par le général Haller était appelée « bleue » en raison de la couleur de leurs uniformes. Après les combats sur les fronts français de la Première Guerre mondiale, ses unités étaient les seules représentant la Pologne au défilé de la victoire à l'Arc de Triomphe à Paris. 

L'amitié qui est née entre le "Général Bleu" et le P. Jarzębowski a survécu jusqu'à la mort de Haller. En 1920, le séminariste Józef rejoint l'armée polonaise avec d'autres séminaristes pour défendre Varsovie contre les bolcheviks. Ils ont été affectés au service sanitaire et ont soigné les blessés pendant plusieurs semaines. En 1922, il prononce ses vœux perpétuels. Cette année, il a également commencé à collectionner les premiers souvenirs. Heureusement, le jeune séminariste-collectionneur enthousiaste a trouvé la compréhension des supérieurs religieux. La collecte a commencé avec quelques vieilles pièces de monnaie, des cartes et un autographe de Kazimierz Ujejski.

L'ordination sacerdotale de Jarzębowski était prévue pour le dimanche 23 septembre 1923. Malheureusement, il n'eut pas le temps d'arriver à temps de Bielany à la chapelle privée de l'évêque de champ Stanisław Gall (1865-1942). Les ordinations n'ont pas eu lieu et tout indiquait qu'elles seraient reportées pour longtemps. Cependant, le diacre Jarzębowski, qui avait une grande dévotion pour les âmes du Purgatoire, a prié par l'intercession d'Alojzy Sikora - son ami décédé du temps du gymnase salésien - et a été poussé. Il se rendit auprès du cardinal Aleksander Kakowski (1862-1938) pour demander de l'aide. La nouvelle date d'ordination a été fixée au 30 septembre. Dans ses notes, il note :

(...) Je me suis confié à la Mère de Dieu, je me suis confié à elle, me demandant d'être un bon prêtre et de servir le Seigneur de toute mon âme, malgré toutes les déceptions, malgré la grisaille de ma vie, malgré les tribulations et amertume.

Activités de collecte

En 1923, il entame des études à l'Université de Lublin, mais doit les abandonner au bout de deux ans en raison du risque de maladie pulmonaire. Puis il a commencé à travailler comme enseignant et éducateur au Collège des Pères Mariaux de Bielany à Varsovie. À des fins d'enseignement, il a commencé à créer un musée avec des souvenirs nationaux. Il y a travaillé avec des pauses pendant 14 ans, jusqu'au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Il a été professeur de langue polonaise, d'histoire et de religion dans diverses classes du collège, et en même temps tuteur des classes les plus jeunes de l'internat. Il s'est souvenu de ses élèves toute sa vie. Il suivit leur sort, les trouva dans tous les lieux où l'errance l'avait jeté.

Il était également le créateur et le gardien de la bibliothèque, qui, au fil du temps, comptait 30 000 habitants. tomes. Il collectionne avec passion des incunables, des manuscrits et des autographes de Polonais importants, des documents historiques et des souvenirs illustrant l'histoire de la Pologne, en particulier les soulèvements nationaux. En conséquence, il est devenu le créateur du musée de l'école. Jusqu'en 1939, la plupart des livres publiés en Pologne et à l'étranger, consacrés au soulèvement de janvier, et notamment à la personne de Romuald Traugutt, étaient collectés. La collection avait l'opinion de l'une des sources les plus importantes de connaissances sur l'époque du soulèvement de 1863. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, sur ordre de ses supérieurs, il quitta Varsovie et se rendit à la maison mariale de Druya. Cependant, il termina son voyage à Vilnius, car en même temps la Lituanie était occupée par les bolcheviks. Il confie à ses amis une partie des collections du musée. Il a emporté avec lui les expositions les plus importantes - y compris les souvenirs de Traugutt. Lorsqu'il subissait la fouille, il a mis les lunettes de Traugutt sur son nez et les a ainsi sauvées. A Vilnius, il rencontre le P. Michał Sopoćka (1888-1975), le confesseur de sœur Faustina Kowalska, qui lui a parlé de la dévotion à la Divine Miséricorde.

Apôtre de la Miséricorde Divine dans le monde

Il a servi dans le camp d'internement pour les Polonais à Wiłkomierz. Lorsqu'il a été fermé, il s'est retrouvé dans la rue, il a demandé de l'aide en priant la Divine Miséricorde. Le problème de l'appartement fut bientôt résolu. Au printemps, il se rend à Vilnius et dans l'église St. Michel, devant l'image du Christ Miséricordieux, a juré de devenir un apôtre de la Miséricorde de Dieu dans le monde, s'il parvenait à échapper aux bolcheviks à l'étranger. Contre toute attente, le 26 février 1941, il embarque sur le Transsibérien à destination de Vladivostok. Il a voyagé à travers le Japon jusqu'aux États-Unis, où il a commencé à populariser la Neuvaine à la Miséricorde Divine. Bientôt les Mariannes américaines se joignirent à ce travail et le service partit dans le monde. Partout où le P. Jarzębowski a parlé de la Miséricorde de Dieu. Il confia également à God's Mercy le collège qu'il fonda pour les enfants polonais en Angleterre après la guerre.

Fr. Józef avec son élève Julian Wojtkowski (qui devint plus tard un excellent médecin-chirurgien). Santa Rosa, Mexique 1944-45

En novembre 1943, il est venu au Mexique. Il y avait des orphelins polonais sauvés d'une "terre inhumaine". Pendant sept ans, il a travaillé avec un dévouement illimité au Centre pour les réfugiés polonais de Santa Rosa, puis à l'orphelinat pour enfants polonais de Tlalpan. Il était aumônier, directeur d'un gymnase, enseignant et troupe de scouts. A cette époque, il n'a pas cessé de chercher des librairies d'occasion, où il a trouvé des souvenirs précieux liés à la Pologne, incl. Sabre polonais de l'époque de la Constitution du 3 mai.

Fr. Tout au long de sa vie, Jarzębowski a été charmé par les héros de l'Insurrection de janvier et son chef Romuald Traugutt. Un des amis du P. Jarzębowski a écrit à son sujet :

Bien qu'il fût vivant et actif à notre époque, le Père Józef n'appartenait pas à notre époque. Il semble que ces gens de janvier étaient beaucoup plus proches de lui, plus les siens. Il se retourna parmi eux comme parmi les vivants, les vit éveillés, ressuscita leurs pensées et leurs sentiments, lisant dans leur âme comme dans un livre ouvert. Lorsqu'il en parlait, il m'a semblé plus d'une fois qu'il était lui-même l'une des figures des cartons insurgés de Grottger, et qu'il aimerait plutôt une femme confédérée qu'un bonnet de prêtre. Parce qu'en esprit il était comme un insurgé, et de ces insurgés qui ne laissent jamais personne rompre.

Fr. Lorsqu'on lui a demandé comment il avait réussi à réaliser tant de projets, Joseph a répondu :

D'une manière ou d'une autre, il se trouve que Dieu et les bonnes personnes ont aidé.

Il avait des amis qui s'identifiaient à sa mission de construire un lieu dans un pays étranger chargé de l'histoire de la Pologne. Il avait aussi le don de rechercher des pièces de valeur. Il a pu atteindre les bonnes personnes et gagner leur sympathie pour l'école et le musée. La bibliothèque était son lieu de prédilection pour travailler et discuter avec ses élèves. Il regardait l'avenir de Fawley Court avec une inquiétude croissante, comme s'il avait le sentiment que sa force ne serait pas assez longue.

(...) que se passera-t-il si je manque - et que tout le patrimoine muséal, qui est déjà une réussite pour la culture catholique polonaise, risque d'être perdu ?

Il mourut en Suisse en 1964. Il terminait son journal par ces mots : 

En un mot, la vie est belle ; beau, parce que Dieu est bon, beau, parce qu'il y a de la souffrance pour Dieu, et beau parce qu'il y a des âmes qui l'aiment de plus en plus généreusement que moi, et il y a aussi des âmes avec qui se frapper la poitrine pour invoquer son abondante Miséricorde.

EN LIGNE
CALENDRIER

décembre 2021

X