SANCTUAIRE
LA MÈRE DE NOTRE LICHEN
LA DOULOUREUSE REINE DE POLOGNE

DÉFILER VERS LE BAS

Journée de prière pour les enseignants, les éducateurs et les catéchistes

- Nous nous ouvrons à Dieu pour inspirer les autres et donner de l'espoir - a dit le P. Robert Krzywicki, MIC, le 20 septembre, lors de la journée de prières pour les enseignants, les éducateurs et les catéchistes au Sanctuaire de Notre-Dame de Licheń, la Douloureuse Reine de Pologne.

L'avant-dernier dimanche de septembre, lors de la messe de midi. Plusieurs milliers de fidèles de la basilique de Lichen ont demandé les dons de l'Esprit Saint pour tous ceux qui veillent à l'éducation des enfants et des jeunes, afin qu'ils soutiennent sagement la jeune génération dans son développement spirituel et intellectuel. L'Eucharistie a été présidée par le P. Robert Krzywicki, MIC, directeur du Centre d'assistance à la famille et aux personnes dépendantes de Licheń au Sanctuaire de Notre-Dame de Licheń. Ce jour-là était également la 54e Journée des communications sociales. Les journalistes et les travailleurs des médias ont été entourés de prière afin qu'ils puissent transmettre la vérité avec amour.

Dans son homélie, le directeur s'est référé à la parabole des ouvriers de la vigne de l'Evangile selon St. Matthieu. - Mon drame et le vôtre est que nous sommes guidés dans nos vies en pensant que ce que nous avons n'est pas le meilleur, que nous méritons quelque chose de mieux. Nous nous comparons aux autres. Ce sont les conséquences du péché originel qui nous privent de la joie de vivre - a dit le P. Robert Krzywicki, MIC. - Dieu est devenu l'axe de nos vies afin que nous puissions apprendre à me remercier pour ce que nous avons et à partager avec les autres. (...) Que nous percevions la vie et tout ce que nous avons comme un don de Dieu et que nous le cherchions comme un trésor caché - a-t-il dit. Il a également rappelé son expérience de ministère pastoral en Biélorussie, où il a préparé des enfants, des adolescents et des personnes âgées à recevoir la première communion. Il a expliqué que Dieu voulait un changement de vie et le salut pour tous, quel que soit leur âge, tout comme les ouvriers recevaient leur salaire, même si certains ne travaillaient dans la vigne qu'une heure. - Il est important que nous jouissions de la vie et du salut, et en même temps soyons amicaux envers les autres. (…) Les mots que nous adressons aux autres apportent la vie ou la mort. Ils peuvent inspirer, mais aussi éteindre - a-t-il souligné, faisant référence au rôle important des enseignants, des éducateurs et de tous les éducateurs. - Ils ont besoin de notre soutien pour donner des ailes à une nouvelle génération. Que les jeunes vivent pleinement leur vie et prennent soin les uns des autres, a-t-il déclaré. Dans leurs prières, les célébrants ont également rappelé la situation difficile en Biélorussie.

Partager la publication

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
X