SANCTUAIRE
LA MÈRE DE NOTRE LICHEN
LA DOULOUREUSE REINE DE POLOGNE

DÉFILER VERS LE BAS

HISTOIRE DU MUSÉE

1925 - 1939

Cela a commencé avec quelques vieilles pièces de monnaie, quelques vieilles cartes et un autographe -
K. Ujejski ...

    C'est ce que le P. Józef Jarzębowski (1897-1964), qui y a été envoyé pour y travailler. Exerçant là-bas, outre des tâches pédagogiques, s'occupant également de l'atelier des sciences humaines, il a eu l'idée de créer un musée scolaire.
    Grâce à la faveur des supérieurs et à la grande passion du prêtre, une collection extrêmement précieuse s'y constitue en quelques années. En particulier, la collection sur le soulèvement de janvier est devenue l'une des principales sources de connaissances sur les événements de 1863/4.

Monastère des Pères Mariaux, Bielany, 1930

1939 -1950

    Contraint de quitter Bielany dans les premiers jours de septembre 1939, sur l'ordre de ses supérieurs, il quitte Varsovie et se rend à la maison mariale de Druya. Il emporta les cimelia avec lui lors de ses errances - dont les souvenirs de Traugutt - et confia une partie de la collection à ses amis. Il n'atteignit que Vilnius, car en même temps la Lituanie était occupée par les Soviétiques. Lors de la perquisition, il a mis les lunettes de Traugutt et les a ainsi sauvées. Craignant le sort ultérieur, en juin 1940, il décida de remettre les collections enlevées au poste diplomatique en déclin du Saint-Siège avec une demande de les envoyer davantage au Musée polonais de Chicago en tant que dépôt.
    Avec les souvenirs les plus précieux qu'il laissa à travers l'Union soviétique, le Japon (même en attendant un visa pour les États-Unis, il en profita pour acheter des tongs) et les États-Unis au Mexique en novembre 1943.
    Pendant sept ans au Centre pour Réfugiés Polonais de Santa Rosa, puis à l'orphelinat pour enfants polonais de Tlalpan, il fut à la fois aumônier, directeur de gymnase, enseignant, escouade dans le scoutisme, sans pour autant renoncer à sa passion de collectionneur. .

Fr. Jarzębowski avec son élève Julian Wojtkowski, Santa Rosa, milieu du siècle L. 40. XX s.

1950 - 2006

      Après plus d'une décennie d'errance, le créateur de la collection atteint la Grande-Bretagne, où - après trois ans de travail à Hereford - à son initiative, en octobre 1953, le domaine de Fawley Court près de Londres est acheté et en 1954 le College of Divine Mercy a été déplacé là, où il était à nouveau lieu pour le musée.
    La base de l'exposition renouvelée était constituée d'artefacts que vous avez collectés pendant la guerre. Parmi eux se trouvaient des Polonica, ainsi que des objets du Japon et du Mexique, et achetés grâce à des contacts avec des collectionneurs privés et des antiquaires (dont Emeryk Hutten-Czapski à Rome, Leon Dr Truszkowski à Paris, le colonel Tadeusz Rudnicki et le Dr Kilian à Nowe York et Londres et Ludwik Gocel de Cracovie).
    Dans le sens de la mission de sauvegarde du patrimoine national, la collection d'expositions dispersées pendant la guerre du musée de Bielany a été lancée (légalement et officieusement), car l'établissement de l'ordre de Yalta en Europe centrale et orientale avait brisé l'espoir de un retour rapide à une patrie libre. Les expositions de Bielany, arrivées en Angleterre à partir de la fin des années 1950, ont progressivement recommencé à constituer l'épine dorsale de la collection du musée et de la bibliothèque.

The Road to Independence Hall, Fawley Court, L. 70.80. XXe siècle

    Les nombreux dons enrichissant la collection sont dominés par des souvenirs personnels, des témoignages de la lutte des Polonais sur les fronts de la Seconde Guerre mondiale, des documents et des souvenirs liés à la vie de l'émigration polonaise en Occident et à la lutte des Polonais pour l'indépendance en 1939-1945 et 1945-1989. Le t-shirt dans lequel Romek Strzałkowski est décédé tragiquement, offert par sa mère en 1960, est particulièrement remarquable ; souvenirs et documents du général Józef Haller, avec qui le P. Jarzębowski, offert par son fils Eryk Haller - parmi eux une bague avec une inscription gravée : "Gdańsk 02/10/1920 Puck" (le général a reçu deux de ces bagues de Józef Wybicki au nom de la diaspora polonaise à Gdańsk afin d'épouser la Pologne avec la mer Baltique. Une bague fut jetée à la mer. à Puck le 10 février 1920, il porta la seconde en souvenir du mariage du général Haller à son doigt jusqu'à sa mort). Il y eut également deux dons importants d'armes blanches : en 1966, le colonel polonais Witold Buchowski (parmi ses pièces les plus précieuses figurent des sabres du XVIe et de la première moitié du XVIIe siècle), et en 1985, Eng. Zygmunt Stanisław Ipohorski-Lenkiewicz d'Europe, d'Asie et d'Afrique, une collection de plusieurs centaines d'objets, présente la richesse des arts décoratifs et de l'artisanat.

 

     Après la mort du P. Jarzębowski Le 13 septembre 1964, la direction du Musée a été reprise par le Rév. Paweł Jasiński (1922-2003) puis les supérieurs ultérieurs de la Maison religieuse en Angleterre. En 2002, le P. Wojciech Jasiński et Barbara Lejczak sont devenus le nouveau conservateur.
    En 1979, le musée est devenu l'un des membres fondateurs de la conférence permanente des musées, bibliothèques et archives polonais en Occident. En 1982, le musée est enregistré et ouvert aux visiteurs.
   Il y eut aussi un temps d'organisation, de catalogage et de traitement des collections. Le premier guide de Fawley Court en polonais par Adolf Jacewicz est créé. A l'initiative de Maria Danilewicz-Zielińska, le catalogage de documents et d'estampes anciennes, organisé auparavant par le P. Piotr Miros. Depuis 1997, les étudiants et diplômés en histoire de l'art de l'Université catholique de Lublin travaillent à l'organisation des collections d'art, au catalogage et aux nouveaux arrangements de l'exposition. Les employés du Musée central des textiles de Łódź ont également participé aux travaux de collecte de tissus. En 2000, le musée a commencé à coopérer avec la Bibliothèque nationale de Varsovie afin d'organiser et de créer un catalogue complet de la collection de livres du musée, comprenant des manuscrits, des gravures anciennes, des documents, des dépliants et des magazines du XIXe siècle. Grâce à l'aide de la bibliothèque et du sponsor - l'imprimerie de sécurité, la conservation des manuscrits les plus précieux a également été possible. Au cours des années suivantes, les activités liées à l'organisation de la collection se sont poursuivies et les travaux de modernisation de l'installation ont commencé.

2007 - 2010

    L'Angleterre n'était censée être qu'une étape sur le chemin de la Pologne. Les rêves de nombreux émigrants de guerre, dont le P. Jarzębowski, sur le retour dans une patrie libre ne s'est pas réalisé. Ce n'est qu'avec la diminution du nombre d'étudiants que l'école a été fermée (en 1986), et lorsque le coût de la vie a augmenté de manière disproportionnée par rapport à la capacité financière de la Maison religieuse, ce qui a également coïncidé avec la baisse d'intérêt du musée, il a été décidé vendre le palais et déplacer la collection à Licheń pour leur offrir la possibilité d'une nouvelle exposition pour un nombre disproportionné de visiteurs.
    Ici, il a reçu le nom de son fondateur car il s'agit d'une continuation du musée du gymnase de la congrégation des pères mariaux à Bielany à Varsovie et du Collège de la miséricorde divine à Fawley Court en Grande-Bretagne, créé en 1925.
    La collection se compose de plusieurs milliers d'expositions qui constituent un ensemble unique d'objets. C'est une sorte d'enregistrement de l'histoire et de la culture polonaises fait de polonica dispersés dans le monde, et son destin est une sorte de pendant de l'histoire mouvementée de la Pologne.

Salle "Les Chemins de l'Indépendance", Licheń, Xe siècle, XXIe siècle

    2 juillet 2010 une exposition permanente a été inaugurée. À cette époque, Wojciech Luchowski était le gardien du musée. En dehors d'elle, des expositions sont toujours organisées pour commémorer les anniversaires d'événements historiques nationaux, grandes figures de l'histoire et de la culture polonaises, malgré le fait que les vernissages à la Pentecôte aient été abandonnés. Le musée, qui a rapidement dépassé les besoins de l'école et survécu à sa fermeture, continue de mener des activités pédagogiques, sans négliger la vulgarisation et l'étude scientifique des collections sans cesse enrichies.

 

EN LIGNE
CALENDRIER

janvier 2022

X